manant


manant

manant [ manɑ̃ ] n. m.
XIIe « habitant » et aussi « riche, puissant »; p. prés. de l'a. v. maneir, manoir « demeurer », du lat. manere
1Au Moyen Âge, Habitant d'un bourg ou d'un village, et spécialt Roturier assujetti à la justice seigneuriale. vilain.
2(1610) Péj. et vieilli paysan. « Holà ! dérange-toi, manant, pour que je passe » (Musset).
3(1694) Fig. et vx rustre.
⊗ CONTR. Gentilhomme.

manant nom masculin (participe présent de l'ancien français manoir, demeurer, du latin manere) Sous l'Ancien Régime, paysan, vilain ou habitant d'un village. Littéraire. Homme grossier ; rustre (souvent terme d'injure). ● manant (citations) nom masculin (participe présent de l'ancien français manoir, demeurer, du latin manere) Paul-Louis Courier Paris 1772-Véretz 1825 Ce manant devinait les droits de l'homme. Il fut pendu, cela devait être. Lettres au rédacteur du « Censeur » Alexandre Dumas Villers-Cotterêts 1802-Puys, près de Dieppe, 1870 Dix contre un !… Dix manants contre un gentilhomme, c'est cinq de trop. La Tour de Nesle, I, 2

⇒MANANT, subst. masc.
A.— HIST. Celui qui habitait une circonscription. Les manan(t)s et habitan(t)s de telle paroisse (Ac. 1798-1878). L'orgueil du plus puissant potentat ne peut arracher à la religion d'autre prière, que celle-là même qu'elle offre pour le dernier manant de la cité (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 326). Tous les honnêtes gens de Genets, vilains et manans, sont prêts à tordre le cou à messire Philippe de Batefol (MÉRIMÉE, Jacquerie, 1828, p. 147).
DR. FÉOD. [P. oppos. à bourgeois, à vassal, à seigneur] Roturier habitant dans la circonscription d'une paroisse, ne bénéficiant pas du statut du bourgeois et dépendant de la juridiction seigneuriale. Bourgeois et manants. À la campagne, du seigneur au chevalier, du chevalier au vavasseur, du vavasseur au riche manant, la hiérarchie sociale comportait des degrés assez nombreux pour que les distinctions entre classes ne fussent pas toujours vivement tranchées (FARAL, Vie temps st Louis, 1942, p. 257). Plus souvent qu'on ne croit, des familles — celle du marquis de Ferrières par exemple — vécurent paisiblement au milieu de leurs anciens manants et sous leur protection tacite (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p. 598) :
1. Du temps de Montaigne, un vilain, son seigneur le voulant tuer, s'avisa de se défendre. Chacun en fut surpris, et le seigneur surtout, qui ne s'y attendait pas, et Montaigne qui le raconte. Ce manant devinait les droits de l'homme.
COURIER, Pamphlets, Au réd. « Censeur », 1819-20, p. 11.
Rem. L'adj. de l'a. fr. manant au sens de « riche » se trouve repris par Hugo : la jolie danseuse qui danse là sur le pavé, et qui tambourine au milieu des bourgeois manants! (N.-D. Paris, 1832, p. 280).
B.— P. ext., vx et gén. péj. Homme de condition inférieure, roturier, plébéien :
2. Moi, je suis un grand seigneur, un noble lord. Vous, vous êtes un passant, un manant, un homme du peuple. Un gentilhomme qui tue un juif paie quatre sous d'amende. Un homme du peuple qui en tue un autre est pendu.
HUGO, M. Tudor, 1833, I, 7, p. 61.
Emploi adj. À présent (...) qu'avant de se battre on ne demande plus à un homme s'il est de bonne race ou manant (BARB. D'AUREV., Memor. 1, 1837, p. 122).
En partic. Homme de la campagne, paysan. Songez que, quand il se promène dans la campagne, il écarte les paysans d'un air bonasse, avec sa canne, en disant : « Allez, manants! » (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 523) :
3. Toujours pauvre, vêtu en paysan, couchant sur un ais au lieu de lit (...), sa vie fut une humilité, une mortification et une fuite continuelles. (...) On l'aurait jugé, à le voir [un Monsieur de Port-Royal], un homme du commun et un manant des environs...
SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 2, 1834, p. 186.
C.— Au fig., vieilli, littér. et péj. Personnage mal dégrossi, rustre, sans éducation. J'aime mieux paraître un manant sans philosophie, que de passer pour homme du monde sans cœur (DELÉCLUZE, Journal, 1825, p. 241). Le saint Joseph de « La fuite en Égypte » [dans une peinture de retable] demeurait un rustre accompli et un parfait manant (HUYSMANS, Oblat, t. 1, 1903, p. 302) :
4. ... qu'un banquet trop copieux rallume aux reins du cuistre la vieille ardeur héréditaire, le manant reparaît aussitôt sous la redingote officielle, l'éloquence d'Académie prend tout à coup le graillon des plaisanteries de cantine...
BERNANOS, Gde peur, 1931, p. 140.
♦ [Souvent comme terme d'insulte, en apostrophe] Le vieillard saisit avec force le bras du jeune homme et lui dit : — Tu ne vois rien, manant! maheustre! bélître! bardache! Pourquoi donc es-tu monté ici? (BALZAC, Chef-d'œuvre, 1831, p. 33).
Emploi adj. Une confidence à faire n'est pas une chose si aisée qu'on pense. Il faut y être provoqué, sous peine de ressembler à un parleur manant et grossier (SOULIÉ, Mém. diable, t. 1, 1837, p. 136).
Rem. Exceptionnellement le mot apparaît au fém. dans des emplois correspondant à B et C. La femme se fâcha, révoltée d'instinct, injuriant à pleine gueule sa fille en larmes, la traitant de « manante » et de « traînée » (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Sabots, 1883, p. 93). La manante portait sous son bras un grand bâton de sucre de pomme (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 95).
Prononc. et Orth. :[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1175 « possesseur de grands biens » (BENOÎT DE STE-MAURE, Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 17238); 2. ca 1200 « habitant, résident » (Dialogue Grégoire, 124, 22 ds T.-L.); 3. 1287 dr. « habitant né dans la ville, ayant et tenant maison et qui y est couchant et levant » (Hist. de Metz, III, 231 ds GDF., s.v. manantise); 4. 1579 « paysan » (FAUCHET, Antiquitez, IV, 5 ds HUG.); 5. 1694 « homme grossier, mal élevé » (Ac.). Part. prés. subst. de l'a. fr. manoir « demeurer », du lat. manere (v. manoir). Fréq. abs. littér. :168.

manant [manɑ̃] n. m.
ÉTYM. XIIe, « habitant », et aussi « riche, puissant »; p. prés. de l'anc. v. maneir, manoir « demeurer », du lat. manere.
1 (1690). Au moyen âge, Habitant d'un bourg ou d'un village (→ Étape, cit. 2), et, spécialt (par oppos. à bourgeois, I., 1.), roturier assujetti à la justice seigneuriale. Vilain.
1 Des esclaves en fuite, des manants révoltés, des bâtards sans fortune, toutes sortes d'intrépides affluèrent sous son drapeau, et il se composa une armée.
Flaubert, Trois contes, « Légende de St Julien l'Hospitalier », II.
2 (1610). Péj. et vx. Paysan. || Manant qui sème du chanvre (cit. 1).Spécialt. Terme de mépris à l'adresse d'un homme du peuple. Bonhomme. || Hors d'ici, manant (→ aussi Espèce, cit. 6).
2 Holà ! dérange-toi, manant, pour que je passe.
A. de Musset, Premières poésies, « La coupe et les lèvres », I, 3.
3 — Misérable manant ! s'écria-t-il, en lui donnant le sobriquet par lequel les Royalistes outrageaient les Ligueurs.
Balzac, l'Enfant maudit, Pl., t. IX, p. 678.
4 Cependant, on ne saurait marcher toujours; une voiture passe, une charrette attelée d'un petit cheval vigoureux et conduite par un manant assez poli, qui engage l'entretien.
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 13 oct. 1851.
3 (1694). Fig. et littér. Homme grossier, sans éducation. Rustre. || Cet homme n'est qu'un manant (→ Engouer, cit. 4; et aussi badaud, cit. 2).Adj. → ci-dessous, cit. Stendhal.
5 — Sans doute il vous a regardé, mais c'est au moment où il me demandait qui vous êtes; c'est un homme qui est manant avec tout le monde, il n'a pas voulu vous insulter.
Stendhal, le Rouge et le Noir, I, XXIV.
6 Michel (Francisque) est un manant et un animal, il ne faut pas lui écrire.
Sainte-Beuve, Correspondance, 1184, 19 févr. 1841.
CONTR. Gentilhomme.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • manant — MANANT. s. m. Habitant qui demeure & est habitué en un bourg ou village. En ce sens on ne le met guere qu au pluriel & en cette phrase. Les manants & habitants de telle Paroisse. On appelle absolument, Manant, Un paysan, un rustre. C est un vray… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • manant — (ma nan) s. m. 1°   Terme d ancienne pratique. Habitant d un bourg ou d un village. Les manants et habitants de telle paroisse. •   L orgueil du plus puissant potentat ne peut arracher à la religion d autre prière que celle qu elle offre pour le… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MANANT — s. m. T. d ancienne Pratiq. Habitant d un bourg ou d un village. Les manants et habitants de telle paroisse.   Il s est dit aussi absolument, dans le langage ordinaire, d Un paysan.  Il se dit, par extension, d Un homme grossier, mal élevé. Il s… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MANANT — n. m. Homme grossier, mal élevé. Il s’est conduit en vrai manant dans cette occasion …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • manant — …   Useful english dictionary

  • Histoire du ban d'Olne — Vase à Buste de Jupille, proche de la Villa Solmania et du Vicus Alno. Grand Curtius à Liège[note 1],[1] …   Wikipédia en Français

  • bonhomme — [ bɔnɔm ] , plur. bonshommes [ bɔ̃zɔm ] n. m. • XIIe, repris XVIe; de 1. bon et homme I ♦ Adj. (plur. bonhommes [ bɔnɔm ] ) …   Encyclopédie Universelle

  • bourgeois — bourgeois, oise [ burʒwa, waz ] n. et adj. • burgeis 1080; de bourg 1 ♦ Au Moyen Âge, Citoyen d un bourg, d une ville, bénéficiant d un statut privilégié. Les bourgeois de Calais. 2 ♦ En Suisse, Personne possédant la bourgeoisie (2o). Conseil des …   Encyclopédie Universelle

  • Botmeur — 48° 23′ 04″ N 3° 54′ 58″ W / 48.384444, 3.916111 …   Wikipédia en Français

  • Festival Du Film Web Amateur — Le festival du film web amateur a lieu chaque année au printemps à Oloron Sainte Marie. Son objectif est de montrer sur grand écran les meilleurs courts métrages amateurs diffusés sur Internet et de récompenser le talent et l inventivité de leurs …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.